> Exaltation, 2012

Soudain le temps semble s’arrêter entre le corps et le plancher.
Ce vide devient l’espace des possibles, un point de méditation sous le monolithe délicat qu'est la symbiose du corps et du papier.
Le flottement, sans attache, révèle toute la portée spirituelle de l’errance et de son potentiel réflectif.
- Caroline Cloutier

>>

Caroline Cloutier s’adresse à la magie de la suspension. Elle produit un « effet de manche » qui nous soulève, comme en apesanteur. Sont mis en contraste la rigueur de l’empreinte photographique et l’aléatoire des manipulations qu’elle peut subir. Coordonnés, ces deux principes pourront laisser apparaître un monde dont les surréalistes et leurs émules, par exemple, ont largement exploité les paramètres. […]

Par ailleurs, l’image, par son cadrage en plein cintre, évoque les représentations religieuses que nous a léguées la Renaissance. Véritable Raphaël par sa présentation classicisante, elle souligne le rapport au mystique par son énigmatique légèreté et sa rigueur explicite. C’est toute l’humilité des Vierges du peintre italien qui semble transparaître dans l’architecture voûtée de l’œuvre. L’étreinte saisissante, au propre comme au figuré, quant à elle, rappelle le baroque d’un Bernin immortalisant sainte Thérèse en extase. Entre les bras du modèle [l'artiste en acte performatif] et le plissement du papier, il y a une proximité du sentiment qui force la sensation. Ici l’esthétique est à prendre étymologiquement comme quelque chose qui traduit le trouble de l’émoi. […]

François Chalifour, Extrait du Catalogue d'exposition Des choses suspendues, 2012

Photo: Guy L
Impression numérique, 90 x 150 cm: Photo: Guy L'Heureux

Impression numérique, 90 x 150 cm
Exaltation, 2012, : Impression numérique, 90 x 150 cm